Cette page a pour objectif de relever et corriger toutes les erreurs ou imprécisions qui figureraient dans l'ouvrage.
N’hésitez pas à nous écrire si vous souhaitez y contribuer (severinefalkowicz@outlook.fr). Merci par avance !

  • Imprécisions page 7. La distinction entre “fait” et “croyance” évoquée page 7 n'est abordée que plus tardivement. Pour plus de précisions, voir la page Bonus de ce site, point 1.
  • Erreur page 58, repérée par Alexander Samuel (merci vivement), suite à son débunk de l'ouvrage : il est faux de dire, des témoins du meurtre de Kitty Genovese, "qu'aucun n'aura prévenu les secours". "Manning, Levine et Collins notent que cette présentation erronée s'est perpétuée via les manuels d'introduction à la psychologie mais également au travers de références culturelles constantes. [...] cela ne remet pas en cause les nombreuses recherches en sciences sociales sur l'effet du témoin, qui ont été menées par la suite par Darley et Latané notamment" (extraits à retrouver sur Wikipédia).
  • Clarification : un haut niveau d'éducation représente bien un facteur protecteur contre le fait d'adhérer à de fausses croyances (comme énoncé par Thierry Ripoll, page 120), même si cela "n'immuniserait" pas non plus (comme énoncé page 128). Ce correctif est nécessaire car nous n'avions pas souhaité "tronquer", par principe, la fin de la citation de Gérald Bronner (2013, page 128 : "Le plus souvent, c'est même l'inverse qui est vrai"), bien qu'il l'aurait fallu, pour être en adéquation avec les données de la littérature actuelle. Merci à Mathias Soulhol pour le signalement de cette potentielle source de confusion, lors de sa relecture post-éditoriale.